Acheter des actifs et être sur la route de l’indépendance financière à l’insu de son plein gré ?

acheter des actifs

Ce n’est pas possible ?

Lorsque j’ai commencé à investir dans l’immobilier en 2003, j’avais lu un seul et unique bouquin sur le sujet.

C’était Père Riche et Père Pauvre de Robert Kiyosaki.

Un livre que vous avez certainement dû lire tant il est cité en référence.

A l’intérieur se cachait un TRESOR.

La formule magique pour s’enrichir.

En un mot : il faut acheter des ACTIFS.

Des choses qui rapportent de l’argent : immobilier, bourse, création de business, internet.

Plutôt que des PASSIFS, des chosent qui nous appauvrissent et rendent bête : une télé, une voiture…

A l’époque, je me disais que s’il avait réussi à faire tous ces investissements immobiliers, j’y arriverais également.

C’est vrai après tout, je ne suis peut-être pas plus intelligent que lui, mais je ne suis peut-être pas plus bête non plus.

Il n’y a pas de raison.

C’est comme ça que j’ai acheté en 2003, avec ma conjointe, un premier bien que j’ai découpé en deux appartements pour optimiser sa rentabilité.

Je n’étais pas (encore) obsédé par la rentabilité, mais j’avais déjà trouvé un bien avec un cash flow positif.

Je me disais : « voilà c’est cool, si un jour j’ai besoin d’argent, eh bien on revendra la maison et on se fera plaisir ».

C’est vraiment l’état d’esprit dans lequel j’étais.

Je n’étais pas du tout à la recherche de l’indépendance financière.

Mais simplement dans le fait de se garder une poire pour la soif.

L’indépendance financière est un concept très vague parce que tout relatif.

Il dépend de votre niveau de vie.

Avec 500 € par mois en Asie vous êtes le roi du pétrole.

En France, vous vous situez en dessous du seuil de pauvreté.

Lorsque j’ai lancé le blog, j’avais mis un petit sondage juste avant que vous receviez les cadeaux.

Les plus anciens abonnés s’en souviendront certainement.

Il posait cette simple question : voulez-vous être indépendant financièrement ?

Résultat : 50 % des lecteurs avaient cet objectif en tête.

Et honnêtement j’étais bien embêté. Parce que moi, je n’y avait jamais réellement pensé.

Pire.

Je m’interdisais encore d’y penser.

Pourquoi ?

Certainement la peur d’échouer face à une tâche si immense, la peur de changer de vie…

Une petite voix me dit encore que ce n’est pas possible, qu’il y a trop d’effort à fournir, que cet objectif n’est qu’un mirage au fin fond du désert.

Vous voyez le truc qui flotte au loin et qui disparaît en 1 seconde.

En fait j’aimerais bien y croire à cette histoire.

Mais je n’ose pas.

Je suis un grand timide, mais je me soigne.

Et d’un autre côté, avec la location saisonnière et internet, je commence à développer des revenus alternatifs de plus en important chaque année.

J’ai presque triplé mes revenus alternatifs en 2016.

Je suis passé d’un chiffre d’affaires de 12096 € en 2015 à 30203.26 € en 2016.

Si je continue comme ça… Je ne sais pas où je vais finir.

Attention,

Ca ne tombe pas du ciel tout cru.

Je bosse comme un fou sur tous mes actifs.

Par mes actes quotidiens, mes décisions, mes orientations, mes projets, j’ai l’impression qu’inexorablement je vais dans cette direction.

Comme si mes yeux ne voulaient pas voir la direction que prenaient mes jambes.

C’est vraiment bizarre comme sensation.

Pas désagréable mais un peu bizarre.

La morale de cette histoire ?

N’attendez pas d’avoir une vision ultra précise de votre destination pour avancer et acheter des actifs.

Passez à l’action.

Et que vos actes dépassent vos pensées !

Et vous  ? Etes vous sur la route de l’indépendance financière ?

Si vous voulez faire le premier pas c’est par ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*