Arnaque location saisonnière : vomi, pisse de chat et lit qui grince…

Exceptionnellement je suis parti en WE via BNB dans une destination lointaine dont je tairai volontairement le nom pour préserver l’anonymat de mon cher confrère loueur par pure solidarité corporative.

Sur les photos tout paraissait nickel, petit appartement sympa, sous comble, pas de moquette au sol (c’est mieux pour mes enfants asthmatiques) et surtout très très bien situé au cœur du centre-ville.

L’idéal pour passer un WE en famille la veille des fêtes de Noël.

Bon alors déjà pour se garer ça a mal commencé.

Après quelques errements au volant de la voiture je me suis retrouvé dans une rue piétonne avec le marché de Noël devant moi…

Warning et manœuvre autour des promeneurs m’ont donné un premier coup de chaud.

J’étais un peu terrorisé, et là sans jeux de mots.

J’ai fini dans le parking souterrain de la mairie à 30 € les 30 heures.

Bon allez c’est pas grave on est en WE.

Arrivés sur place notre hôte nous a très bien accueillis, rapidement mais bien accueillis.

Mais son petit logement allait nous réserver quelques surprises.

Dans l’ordre d’apparition :

1/ Un charmant petit vomi sous le porche d’entrée.

J’ai dû l’éviter avant même de dire bonjour à notre hôte.

2/ Sous le porche des étais de chantier qui maintenaient en lévitation les poutres du premier étage (vous remarquerez que pour attacher les vélos c’est très pratique).

3/ Une première marche de l’escalier de l’immeuble un peu spéciale.

Euh il manque la contremarche là, on voit le jour à travers…

4/ Une douce odeur de pisse de chat dès les premières marches.

Vous remarquerez que ces petits animaux sont assez fainéants et préfèrent faire leur besoin au rez de chaussée qu’au 4ème étage.

D’un autre côté ça nous arrangeait, notre appartement était au 4ème.

 

Bon ça c’était pour les espaces communs.

Pour ceux qui veulent investir vous pouvez en tirer tout ce que vous voulez en termes d’emplacements, d’état de la copro, de relations entre les copropriétaires…

Allez on passe à l’appartement :

Vu l’étroitesse de la cage d’escalier, arrivé au 4 ème étage, je n’ai pas pu m’empêcher de jeter un œil par la fenêtre pour chercher une issue de secours par les toits en cas d’incendie.

Enfin bon…

Et puis ça faisait longtemps que je n’avais pas dormi dans un hamac.

Oui le canapé convertible avait mal vieilli et présentait un peu de mou.

Alors moi qui adore dormir sur le ventre, j’ai eu l’impression d’adopter la posture du sphinx (je me suis mis au yoga) pendant 4 heures.

Oui 4 heures c’est le nombre d’heures que j’ai dormi.

La chaudière située à 1,5 m du hamac démarrait bruyamment toutes les 30 minutes.

Je ne vous parle pas du bruit de sommier rouillé à chaque fois que j’essayais de me retourner.

Vers 5h30 j’ai bien cru que le voisin venait nous porter le petit-déjeuner au lit (enfin dans le hamac) mais non… il partait bosser.

J’ai pu me rendormir rassuré.

Au réveil, dans les cabinets de toilette j’avais oublié cette petite odeur d’égout généralement synonyme de siphon de machine à laver à sec.

Je n’aborderai pas la qualité de la rénovation.

Ni le fond de la poubelle de la cuisine (ah mince il n’y a pas de sac poubelle ?) et la poubelle “pleine” de la salle d’eau.

Ah oui notre hôte nous avait laissé le frigo plein.

Sympa, mais plein de restes, avec là aussi décidément une sale odeur de vieux clacos qui a mal tourné.

Normal me direz-vous on est en Normandie ! (NDLR j’adore le camembert, et les normands)

Et puis ça m’a fait plaisir de manger par terre. Il n’y avait pas de table.

Et faire deux services au petit déj pour 4 personnes parce qu’il n’y avait que 2 bols, ça aussi ça m’a beaucoup amusé.

 

Notre hôte devait habiter dans l’appartement et nous le laissait le WE pour se faire un billet.

Avec ma femme on a en a conclu que ça devait être cela l’esprit BNB.

Comme à la maison.

Enfin non pas comme à la maison…

Et dire qu’il n’y avait que des commentaires positifs et une note de 4.8…

Alors qu’est-ce qu’on peut bien conclure de tout cela :

1/ Que nos jeunes sont logés dans des conditions inhumaines ! C’est insupportable. Ou qu’ils ont perdu d’odorat…

2/ Mais surtout qu’on ne peut pas faire de la location saisonnière n’importe où et n’importe comment.

Si vous voulez tout savoir pour vous lancer dans la location saisonnière c’est par ici et nul part ailleurs.

 

PS : Entre nous… Il y a les amateurs… et les autres…

Une réflexion sur “Arnaque location saisonnière : vomi, pisse de chat et lit qui grince…

  1. l’accumulation de tous les défauts. bon j’ai 70 ans je vais en bed and breakfast depuis 50ans, je n’ai jamais eu ce genre d’expérience. je suis chanceux sans doute.
    A oui je suis aussi exploitant de location, évidemment je ne fait pas toutes ces erreurs, sans doute parfois y a t il unen petite, cela peut arriver mais je corrige très vite.
    cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*