Location meublée de courte durée : quel label choisir ?

 location meublée courte durée

Pour votre location meublée de courte durée (ou location saisonnière), adhérer à un label  peut être très intéressant.

Mais vous pouvez aussi commercialiser votre hébergement seul et ce n’est pas compliqué.

Explications…

Petit rappel avant de labelliser votre location saisonnière

Pour avoir l’autorisation administrative de louer en saisonnier vous allez devoir déclarer en mairie votre meublé de tourisme. (Comment déclarer votre location meublée saisonnière ?)

A la suite de cela vous pouvez demander le classement (les fameuses étoiles) de votre hébergement. Il permet de rassurer le consommateur quant à la qualité de votre location. (Comment classer son meublé de tourisme ?)

Enfin vous pouvez demander l’adhésion à un label, en plus du classement en étoiles, pour mettre en avant une image ou une notoriété particulière.

Pourquoi labelliser votre location meublée courte durée ?

Les labels se présentent comme des partenaires commerciaux pour vous aider à développer votre location saisonnière.

Vous pouvez assurer la gestion locative de votre hébergement de vacances seul ou en confier la commercialisation à un label.

Certes, tout cela à un coût mais vous allez inévitablement allonger votre saison locative et en définitive, y gagner.

Les labels les plus connus sont les Gîtes de France et Clévacances.

Ils sont là pour vous faciliter la tâche et booster votre puissance commerciale. Ils proposent généralement :

  • un site officiel
  • une centrale de réservation en ligne
  • un réseau de proximité et une présence sur les réseaux sociaux
  • des guides papiers nationaux
  • un accompagnement juridique, fiscal et comptable (impôts et taxes)

 Location meublée de courte durée : exemple de labellisation

Gîtes de France :

location meublée courte duréeC’est le premier réseau européen d’accueil chez l’habitant.

Il regroupe 45 000 propriétaires et offre plus de 60 000 locations de vacances.

Gîte de France existe depuis plus de 60 ans et témoigne indiscutablement d’une visibilité commerciale reconnue et un gage de sérieux.

Pour l ‘équivalent de la recette d’une semaine de location en haute saison, vous allez devenir ambassadeur de la marque.

La labellisation vous garantie des normes de confort de 1 à 5 épis.

Clévacances

l
Clévacances est le 1er label de qualité généraliste pour la location saisonnière en France.

Le réseau Clévacances regroupe 20 000 locations-gîtes et 5000 chambres d’hôtes pour 18 000 propriétaires adhérents.

Clévacances se positionne sur la qualité des hébergements, pas de mauvaises surprises à l’arrivée !

Clévacances contrôle tous les 3 ans, 25 000 hébergements au travers de 200 critères
Le classement réalisé va de 1 à 5 clés.

Il atteste du niveau de confort et de prestation offerts.

Assurer la commercialisation de son bien seul ?

Avant de vous lancer dans le confort de la labellisation, je vous conseille d’essayer de commercialiser directement votre bien.

Ce n’est pas si compliqué que cela en a l’air et vous en retirez beaucoup de satisfaction.

Vous pouvez lire l’article sur la meilleure façon de booster votre hébergement saisonnier voir d’exploser sa rentabilité.

Enfin attention à ne pas proposer trop de services à votre clientèle.

Votre activité peut être requalifiée en prestation para-hôtelière si vous respectez, dans des conditions similaires à celles proposées par un établissement d’hébergement à caractère hôtelier (exploité de manière professionnelle), 3 critères sur les 4 :

  • petit déjeuner
  • nettoyage régulier des locaux
  • fourniture du linge de maison
  • réception de la clientèle

Toute la question tourne autour des conditions similaires… Je ferai également un article pour éclaircir tout cela ! Patience patience…

Et vous, souhaitez-vous vous engager vers une démarche de labellisation ou voulez- vous commercialiser seul votre hébergement ?

 

crédits photos : Iziva, ell brown

 

Pour en savoir plus :

 

4 Des réflexions sur “Location meublée de courte durée : quel label choisir ?

  1. Je pense que j’essayerais de commercialiser le bien seul au départ pour évaluer la charge de travail que ça représente, ou sinon déléguer entièrement si la charge de travail est trop importante.
    Comment procèdes-tu sur tes biens en location saisonnière ?

  2. Bonjour Emmanuel
    Je louais pendant plusieurs années un chalet de montagne sur terrain de 1200m2 qui a été classé 3 étoiles et d’une superficie de 120m2 , 3 salles de bains 5 chambres dont une avec 2 lits , capacités 11 personnes , cuisine incorporée avec tout le nécessaire….bref confort assuré
    Cela dans un station familiale agréable de Haute Savoie . J’ai cessé cette location car impôt locaux et taxes d’habitation (3000 euros) + TAXE PROFESSIONNELLE s’élevant de 26.50% du montant ttc de la location !! N’ayant trouvé aucune réponse auprès des impôts de ce lieu au sujet de cette taxe pro, la mairie quand à elle m’indique que c’est une taxe pour les offices de tourisme de Haute Savoie ! Connaissez vous cette taxe ?
    Votre cite est très intéressant , il m’a apporté plusieurs réponse sauf celle de cette taxe. J’ai donc suspendu la location saisonnière pour l’instant au regret de clients !
    Je n’arrivais plus à faire de bénéfices assez importants !

    • Bonjour,
      Si votre logement est uniquement destiné à la location saisonnière, à la place de la taxe d’habitation vous devez payer la CET (Contribution Economique Territoriale, qui remplace la taxe professionnelle). La CET est composé de la CFE (c’est celle que l’on paie) et la CVAE (uniquement si votre entreprise fait plus de 500 000 €). Et généralement la CFE est toujours inférieure à la taxe d’habitation. 26 % en taxe pro ça fait beaucoup c’est étonnant quand même.
      Au plaisir
      Emmanuel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*