Les joies d’être propriétaire bailleur…

propriétaire bailleur La location saisonnière est pleine de surprises, je n’arrête pas de le dire.

Il nous est arrivé un truc incroyable avec ma femme…

La semaine dernière, nous avons fêté nos 8 ans de mariage.

Je l’ai invité dans un petit restaurant asiatique bien sympathique.

Ces moments là sont toujours importants pour faire le bilan du chemin parcouru et se poser et réfléchir sur notre avenir, sur nos projets.

Au dessert, je ne sais pas ce qu’il m’a pris, mais en déplaçant mon téléphone j’ai jeté un œil sur mes mails.

Oui je sais… ce n’est pas très gentleman comme attitude mais bon…

Et j’ai reçu un mail de PayPal m’indiquant qu’un partenaire affilié venait de me verser 92.20 € sur mon compte.

propriétaire

Excellente nouvelle, donc.

D’autant que c’est le premier versement que je reçois depuis la création du blog, il y a presque un an.

Je me suis empressé d’annoncer cette bonne nouvelle à ma femme qui 3 minutes plus tard a consulté également son téléphone.

Décidément… Elle venait tout juste de recevoir dans sa boîte mail une demande d’information d’un futur locataire pour notre location saisonnière (15 jours en septembre).

La personne voulait savoir si notre bien était loué à cette période.

Ma conjointe me demanda alors si elle pouvait s’absenter pour contacter directement la personne.

Oui, chez nous le business passe avant notre couple ! Je plaisante…

La personne avait laissé son numéro de portable et nous préférons toujours rappeler au téléphone que de renvoyer un mail.

Le taux de conversion est bien supérieur.

Disons qu’en 3 minutes au téléphone on passe d’une demande d’information à une réservation ferme et ça… on aime bien.

Il faut être réactif en location saisonnière, les gens n’aiment pas attendre devant leur ordinateur qu’un loueur daigne leur proposer un hébergement.

Bref : je n’ai pas eu d’autre choix que de la laisser partir dehors pour passer son appel téléphonique.

Entre nous je ne l’ai pas retenu une seconde, je l’ai même encouragé à se dépêcher.

Que voulez-vous, je n’aime pas faire attendre quelqu’un qui nous tend un gros billet.

Deux minutes plus tard, elle revient enchantée et me disant que c’est bon : elle a loué les 2 semaines et on est donc complet pour septembre.

J’ai tout de suite pensé que ça allait être excellent pour notre taux d’occupation qui allait maintenant allègrement dépasser les 90 % sur les 8 premiers mois de 2015.

Par contre, elle m’annonce que le locataire a négocié le prix à 500 € au lieu de 640 €.

Hummm…

Mais qu’on le connait déjà puisqu’il avait déjà loué 2 semaines en juin de cette année.

Et toute souriante elle ajoute comme pour me narguer : “Mieux vaut louer moins cher que de ne pas louer du tout”. Ma phrase préférée.

On arrive en période creuse et il ne faut pas être trop gourmand : 500 € pour 15 jours c’est déjà très bien.

D’autant plus qu’à cette période généralement il n’y a pas de chauffage, donc peu de charge supplémentaire.

(nous avons plein d’autres techniques pour afficher des taux d’occupation record. Vous pouvez les lire en cliquant ici)

Autre avantage, louer 15 jours d’affilée va nous éviter un check in/out.

Ce WE là, nous devions partir. Donc nous aurions du payer une prestation d’une cinquantaine d’euros à un prestataire extérieur.

Généralement on s’arrange toujours avec des amis, mais là, on voulait essayer les services de bnbconciergerie.fr qui vient de se créer dans notre secteur.

J’ai rencontré et passé un bon moment avec un des fondateurs cet été. Je vous en reparlerai ultérieurement.

Donc l’un dans l’autre, c’est très bien.

Que d’événements dans cette soirée, j’en ai presque oublié mon premier versement de commissions sur PayPal.

D’ailleurs, juste pour information, je vais utiliser cette somme pour relooker le site, en améliorer son design et le rendre plus sympathique et professionnel.

On a le droit de se faire plaisir, non ?

La morale de cette histoire de simple propriétaire bailleur

Il n’y a pas de hasard.

Ce qui nous est arrivé ce soir n’a rien à voir avec le hasard, ni la chance d’ailleurs.

Nous récoltons ce que nous avons semé.

Amis lecteurs : devenez cultivateurs1 !

Allez semer votre graine, votre projet, et vos résultats dépasseront toutes vos espérances, croyez-moi.

Mais surtout croyez en vous.

Dites-moi si vous aussi vous aimeriez semer pour récolter ? Et dans quel type de projet ? Répondez ci-dessous dans les commentaires.

 

1: Petit clin d’œil : cultivateur était le terme utilisé sur la carte d’identité de mon grand père pour qualifier son métier . C’était aussi quelqu’un qui avait le sens des affaires…

PS : ce n’est pas moi sur la première photo. Mais je vais bientôt me dévoiler ne vous inquiétez pas !

 

Pour aller plus loin, vous pouvez lire les articles ci-dessous :

Envie d’un revenu complémentaire ?

Téléchargez gratuitement

1/ Mes meilleurs conseils pour commencer dans l’immobilier

2/ Les démarches indispensables pour se lancer dans la location saisonnière

Politique ZERO spam.

2 Des réflexions sur “Les joies d’être propriétaire bailleur…

  1. « Mieux vaut louer moins cher que de ne pas louer du tout »

    Enfin il faut quand même que le prix couvre les charges variables ie celles qui sont directement liées au fait de louer : eau et électricité, coût de la réception (si on gère soit-même coût du déplacement coût de la prestation si prestataire extérieur) et du ménage etc.

    J’ai vu l’appart à la montagne d’un blogueur assez connu dans la location saisonnière qui se louait 69 € la semaine il est clair qu’à ce prix moi je travaillerai à perte. Et déjà que je n’aime pas travailler s’il fallait que ça me coûte de l’argent en plus ;)

    • Complétement d’accord avec toi Didier-Fabrice.
      L’objectif n’est pas de brader son appartement juste pour avoir un bon taux d’occupation.
      Tu as l’impression de travailler pour ta location saisonnière, toi ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*